mercredi 5 septembre 2007

Chemin sans retour.


Je lis
les paroles des vagues
sur le dos d'un naufragé
Sa peau salée
me dit l'épreuve du temps
Son corps épuisé
me cache des blessures
qui ne guérissent jamais
J'expose au vent
mes yeux ensablés
Et j'avance péniblement
sur un chemin
sans retour.
© Mohamed El jerroudi
Poème illustré par©Boujemaoui

6 commentaires:

marie.l a dit…

des paroles dures mais vraies de la vie, c'est très beau, merci Mohamed, il serait bon que certaines personnes trop capricieuses et trop gâtées vous lisent !

Nathalie K. a dit…

Pas toutes les blessures se soignent, ni tous les malheurs s'en vont avec le temps. Oui, comme tes mots le disent si cruellement (parce que parlant la verite), parfois, c'est sans retour.

manuela a dit…

La vie est le sel des mémoires...pouvons-nous vivre sans elles?...même mauvaises elles existent souvent pour nous montrer un autre chemin...des mots qui touchent nos âmes...une douce soirée.

AMF a dit…

Hormis ce sentiment d'être toujours dans l'essentiel, dans ce qui est la sève de la vie, tu donnes la place à ce qui fait mal.

C'est ce que nous ne respectons plus et qui fait de nous des robots de compétition verbeux sans âme.

Besoin de toi Mohamed, toujours !

La douce sobriété du tableau accompagne au mieux la douloureuse sobriété du poème.

ariagablog a dit…

c'est une joie de pouvoir venir ici lire et contempler les mots et l'image, tous deux si beaux. Amitiés.

Gwen a dit…

J'ai souvent tendance à vouloir effacer de ma mémoire les douleurs subies dans ma vie, mais n'a-t-on pas besoin d'elles pour se construire ?!!
Ton poème est magnifique, plein de justesse...

Belle et bonne semaine à toi ! Merci